La fatigue psychique que nous ressentons alors que nous venons de nous réveiller n’est en fait que le signal d’un manque d’intérêt vis-à-vis de notre existence.

En effet bien souvent Fatigue Psychique débute avec l’impression d’être prisonnier d’une routine qui lasse car elle génère un sentiment d’impuissance quant à la possibilité d’être le pilote de notre vie.

Lorsque tout au long de notre journée, nos actions ne sont que le fruit de contraintes extérieures qui trouvent leur origine dans nos peurs, nos doutes, nos blessures, comment ne pas être démotivé et avoir cette impression de ramer à contre-courant. Dans ces conditions, nous déployons une énergie phénoménale qui donne le sentiment d’être vidé car nous donnons beaucoup de nous-même pour en face avoir la sensation d’un bien être qui s’étiole avec le temps et surtout vivre une vie qui s’appauvrit et devient vide de sens au fil des jours.

Cette fatigue psychique et sensation « d’être à plat » alors que la journée n’a pas encore débuté mérite qu’on lui accorde du temps afin qu’elle soit reconnue.

A ce stade, histoire qu’elle soit entendue, le corps a peut-être même déjà envoyé d’autres signaux tels que : irritabilité, angoisse, pertes de mémoire, lombalgies…   Tous ces symptômes traduisent la perte d’un élan vital qui s’il n’est pas pris en compte va déboucher sur de la dépression car l’impuissance l’emportera sur la capacité d’agir. Alimenter cette spirale de l’impuissance dans laquelle on va continuer de déployer de l’énergie alors que les réserves se font de plus en plus rares pour des actes qui à nos yeux n’en valent plus la peine c’est à coup sûr le meilleur chemin pour atteindre le stade ultime de l’oubli de soi : le burn-out.

Avant d’en arriver à ce point d’arrêt souhaité par le corps il est encore temps de poser afin de se poser les vraies questions :

Qu’est ce qui fait que je me sens aussi épuisé(e) par ma vie (e) ?

Quels sont les désirs profonds que je n’écoute pas ?  Quels sont mes buts dans ma vie ?

Que suis-je venu(e) faire sur cette terre ?

Qu’est-ce qui me rend vivant(e) ?

ut ante. ultricies sed fringilla venenatis, consectetur