Dans le monde du travail, la gratitude a peu de place car reconnaitre que l’autre pourrait venir nous aider menacerait le sentiment d’être soi-même suffisamment compétent pour occuper notre poste de travail actuel. Pourtant demander de l’aide crée du lien et entraîne un sentiment de gratitude positif et constructif : l’aide est un partage enrichissant qui permet de percevoir les bienfaits et intentions qui passent parfois inattendues.

Il est plus difficile pour les hommes d’exprimer la gratitude car il est socialement moins acceptable qu’un homme exprime ses émotions à l’encontre d’un modèle de rationalité qu’il est censé incarner.

Dans le monde de l’entreprise, il n’est donc pas étonnant que les managers masculins expriment peu de reconnaissance envers leurs collaborateurs ce qui est regrettable car cette pratique a un impact direct sur le bien être des employés et leur engagement au travail.

Qu’est-ce que la gratitude ?

La Gratitude c’est éprouver de la reconnaissance envers les personnes qui nous donnent du bonheur pour ce qu’il nous a été donné de vivre d’agréable ou de bien.

Elle constitue un véritable moteur de bien être tant pour celui qui la cultive que pour celui qui la reçoit. Cette attitude renforce la confiance et motive la personne à poursuivre les bonnes actions générant alors un climat de sécurité.

Cultiver cette reconnaissance c’est aussi simple que de dire :

aujourd’hui je suis contente(e) parce que …………… et j’ai envie de dire merci à……..

Pourquoi développer cette attitude ?

Nous prenons de moins en moins le temps de remercier et nous considérons qu’avoir, obtenir, recevoir … c’est normal. Quel dommage car en agissant :

  • les émotions de joie, d’émerveillement générées par la reconnaissance cèdent leur place à la frustration et à la souffrance car on sent inutile, triste et seul ;
  • tous les petits gestes et attentions dont nous bénéficions à longueur de journée sont bien oubliés générant alors un sentiment de vide.

La Gratitude est donc un amplificateur du positif car il y a une prise de conscience importante que nous pouvons tous être les uns pour les autres une Source de bien être. Cela crée ainsi un sentiment d’interaction positive. Pour renforcer cette amplification positive, il est tout à fait possible de tenir un journal de gratitude où nous prenons en note tout ce que nous avons pu recevoir tout au long d’une journée.

Pour certaines personnes il est difficile de recevoir un cadeau, un compliment ou encore un service car elles se sentent redevables et cela procure chez elle un état émotionnel inconfortable. Chaque personne a donc son propre rythme sur le chemin de l’expression de la gratitude. Il est certain que développer cette attitude demande de l’humilité et que plus les personnes auront une part importante de narcissisme en elles plus il leur sera difficile d’exprimer leur reconnaissance.

L’intensité de la gratitude dépend surtout du coût perçu de l’action en termes d’efforts ou de coût matériel. En effet plus une personne est capable de percevoir le coût de l’acte plus elle accordera de valeur au bénéfice reçu et éprouvera de la reconnaissance en retour. La conscience du coût de l’acte dépend des capacités d’empathie de la personne qui la reçoit. L’empathie est donc une composante essentielle dans  la capacité de chaque personne pour exprimer la gratitude.

Au regard des vertus qui se nichent au sein de cette attitude, la gratitude est bien plus qu’une simple formule de politesse utilisée pour entretenir des relations cordiales ou encore une réponse automatique formulée instinctivement dans le cadre du savoir vivre.

Nullam leo eleifend sed felis nec consectetur