Un zèbre(1) c’est une personne atypique dans le sens d’intellectuellement précoce, de surdoué, haut potentiel mais aussi sur le plan de l’hypersensibilité, des capacités de visionnaire…

Ces personnes sont en décalage par rapport aux standards de la société, par rapport au fait de pour être comme « Monsieur et Madame Tout le Monde ». Considérés comme « hors norme » ces personnes se sentent incomprises voire même rejetées de leur entourage tant elles se sentent différentes. Elles éprouvent aussi des difficultés à satisfaire leurs besoins pour s’épanouir.

Certains points communs caractérisent ces personnes : un mental en ébullition, un questionnement permanent pour trouver la juste voie, une curiosité jamais satisfaite, un besoin de toujours +, des idées originales… 

Alors que ces différences constituent la raison d’être de ces personnes, elles sont souvent vécues comme un handicap et finissent pas entrainer le rejet de la personne elle-même. Vécues comme un handicap, comme le fait de ne pas être « normales », ces différences sont alors un frein au sentiment d’appartenance du groupe (famille, entreprise, école, société….) et conduisent peu à peu les personnes à se refermer sur elles-mêmes et à s’isoler.

Comment aimer et accepter ces différences quand elles prennent la forme d’une grande empathie, d’une sensibilité extrême, d’une remise en cause permanente et qu’elles amènent à cultiver un sentiment de culpabilité permanent de ne pas réussir à rentrer dans le moule pour enfin se sentir comme tout le monde ?

Toutes ces qualités qui sont l’essence même de la personne, faute de trouver un accueil favorable, sont alors refusées, masquées, moquées ou dénigrées ; ceci conduira alors à développer une insuffisance d’estime d’elle-même et de confiance.

Dans le monde du travail, initialement recrutées pour leurs performances remarquables, ces personnes deviennent ensuite la proie idéale des pervers narcissiques alors jaloux de la réussite et du succès rencontrés.

Souffrant de failles narcissiques, ces hauts potentiels au grand besoin de reconnaissance, sont alors à leur insu des candidats idéaux au harcèlement moral, burn out, bore out….

En constante suradaptation pour gommer ces différences et se sentir mieux acceptées dans leur vie de tous les jours, ces personnes ressentent alors des douleurs physiques, morales et émotionnelles importantes.

Pour sortir de ces spirales destructrices, il d’abord nécessaire de faire la paix avec Soi notamment en changeant le regard sur ces différences pour retrouver le chemin de l’amour de Soi. Vient ensuite le temps de reconnaitre le véritable potentiel qui sommeille au fond de chaque zèbre pour enfin lui permettre de s’exprimer en étant utile aux autres.

Dès lors fonctionner dans le bon sens c’est une question de bon sens pour trouver le chemin de la sérénité, de l’épanouissement de Soi et enfin donner un sens à sa vie.

  1. Terme utilisé par Jeanne Siaud-Fachin, auteure de Trop intelligent pour être heureux.

 

velit, mattis nec ultricies venenatis, Curabitur